Lapsus de François Henri de Virieu: \ »Monsieur le Premier ministre\ » – 8 janvier 1995

François Henri de Virieu, journaliste, anime, le 8 janvier 1995 (année d’élection présidentielle), l’émission consacrée
à Nicolas Sarkozy, ministre du Budget, également chargé de la Communication et porte-parole du gouvernement Balladur en
cohabitation avec le président François Mitterrand. Il vient d’évoquer la probable candidature d’Édouard Balladur et la non moins probable implication de Nicolas Sarkozy dans la campagne de celui-ci.

François Henri de Virieu. – \ »Première question, monsieur le Premier… monsieur le Ministre…\ » (Rires de tout le plateau.)
Nicolas Sarkozy. – \ »J’ai cru que l’année allait vraiment bien commencer !\ »
François Henri de Virieu. – \ »D’ailleurs peut-être que ce lapsus, ça indique quelque chose. Peut-être qu’elle finira comme ça. Bon…\ »
Nicolas Sarkozy. – \ »C’est le vôtre. C’est une blague, ce que je viens de dire, naturellement.\ »

Édouard Balladur ne déclarera officiellement sa candidature que dix jours plus tard. En ce mois de janvier 1995, les sondages le donnent vainqueur des élections dans tous les cas de figure. Nombre de commentateurs pronostiquent qu’en toute logique, il désignera Nicolas Sarkozy comme Premier ministre. Mais c’est Jacques Chirac qui, à droite, arrivera en tête du premier tour et remportera l’élection face à Lionel Jospin, le 7 mai 1995.

jan 8, 1995
Patrick Levy-Waitz

Vous cherchez un lapsus ?