Lapsus de Frédéric Lefebvre: \ »Zadig et Voltaire\ » – 2 avril 2011

Frédéric Lefebvre, secrétaire d’État auprès de la ministre de l’Économie, est interrogé en avril 2011 par Le Figaro.fr alors qu’il participe à la Journée du livre politique. Il y signe son propre livre, Le mieux est l’ami du bien. On lui demande quel est le livre qui l’a le plus marqué.

\ »Sans doute Zadig et Voltaire, parce que c’est une leçon de vie et je m’y replonge d’ailleurs assez souvent.\ » [Zadig ou la Destinée de Voltaire]

« Zadig et Voltaire » est une marque de prêt-à-porter… Le 25 mars 2011, dès la parution du livre de Frédéric Lefebvre aux éditions du Cherche-Midi, le site Tuxboard met en évidence que nombre de passages du livre de Frédéric Lefebvre – 522 pages « qu’il a écrites lui-même sans rewriter », précise son éditeur – ne sont que des « copier-coller » d’articles déjà parus sur internet. À la suite du lapsus qui fait immédiatement du buzz, le journal 20minutes.fr titre le 4 avril : « M. Frédéric Lefebvre, secrétaire d’État chargé du Commerce, voulait se refaire une image, c’est raté ! » Le 13 avril 2009, répondant aux questions au gouvernement, Frédéric Lefebvre concluait : « J’espérais que sur ces bancs, il y ait un peu de l’esprit de Voltaire, c’est-à-dire la tolérance. Voltaire disait dans Zadig : “Il n’y a point de mal dont il ne naisse un bien.” Qu’on parle de Voltaire, c’est un bien : certains devraient s’en inspirer. »

avr 2, 2011
Patrick Levy-Waitz

Vous cherchez un lapsus ?