Lapsus de Nicolas Sarkozy : « Ces soldats de confusion musulmane »

Lapsus SarkozyNicolas Sarkozy tient, le 25 août 2016, son premier meeting dans un gymnase de Châteaurenard (Bouches du Rhône), trois jours après avoir démissionné de la présidence de Les Républicains pour se porter candidat aux primaires de la droite. Il centre son discours sur les thèmes de l’autorité de l’État et de l’identité française menacée.

« Et je n’oublierai jamais, spécialement dans cette région de France, le sacrifice admirable de ces harkis qui ont donné la vie pour la France et que la France a laissé tomber, hélas ! Je n’oublierai jamais parce qu’ils font partie de notre histoire, ces soldats de confusion… de confession musulmane. »

Il venait d’affirmer qu’il ne confondrait jamais l’islam et le radicalisme. En matière de confusion, des associations de harkis se sont plaintes de la sienne : ayant, en mars 2012, partiellement honoré son engagement de 2007 en reconnaissant la responsabilité de la France dans « l’abandon » des Harkis (mais pas dans le massacre de ceux qui ne purent fuir l’Algérie) puis élargi la loi interdisant l’injure et la diffamation à leur encontre pour qu’elle puisse sanctionner, il n’a cependant pas présenté les excuses officielles de la France ni engagé un processus de réparation matérielle.

Le 24 septembre 2016 (veille d’une déclaration de Hollande sur le sujet), lors d’un meeting à Perpignan, il s’engagera à faire supprimer la date commémorative du 19-mars (coïncidant au cessez-le-feu alors que les massacres d’harkis et de pieds noirs se sont poursuivis ensuite) pour ne garder que celle du 5 décembre (hommage aux combattants morts pour la France en Afrique du Nord) et à initier des réparations.

Vidéo à 21’ 33’’ :

août 26, 2016
Patrick Levy-Waitz

Vous cherchez un lapsus ?